Les dangers de la connexion à la terre

Au menu de cet article:
1° Un rappel des précautions d’utilisation des outils de connexion/mise à la terre:
– Éloignement des sources de pollutions électromagnétiques.
– Qualité de la prise de terre.
2° Mise à la terre inappropriée, les conséquences pour le corps
– Les effets des champs électromagnétiques sur le corps.
– Un peu d’anatomie, sympathique-parasympathique.
3° La mise à la terre, en pratique
– Connexion avec un tapis de connexion à la terre.
– Au naturel.
4° Conclusion


Connexion à la terre au naturel, pieds nus dans l’herbe

J’ai beau être une grande fan de la connexion à la terre, et dormir à la terre chaque nuit quand je suis chez moi, je suis consciente des dangers des outils de connexion à la terre et des informations partiellement erronées que diffusent certains de leurs promoteurs, comme le Dr Mercola ou le Dr Konniver.

Un tapis de connexion à la terre, via Géotellurique.

Certains affirment que la connexion à la terre a un effet protecteur vis à vis des effets des pollutions électromagnétiques, qu’elle génère une sorte d’effet « bouclier » vis à vis de ces pollutions, qu’un corps humain mis à la terre serait en quelque sorte imperméable aux champs électromagnétiques.
Je viens d’expliquer dans un commentaire à l’un de mes lecteurs que se croire protégé des pollutions électromagnétiques quand on est à la terre, c’est comme de se croire protégé de la foudre quand on est en plein milieu d’un champ.
Sur le plan électrique, c’est impossible. On sera même un meilleur chemin de retour à la terre pour toutes les pollutions électriques environnantes quand on sera à la terre, plutôt qu’en chaussures synthétiques.

Cela ne signifie bien entendu pas du tout que la connexion à la terre est nocive!
Cela signifie que, sur le plan électrique, notre environnement moderne est souvent nocif!
La connexion à la terre a des bienfaits avérés (par des études cliniques), et cela se vérifiera en particulier dans un environnement « propre », préservé des pollutions électromagnétiques, par exemple en pleine nature, en forêt…

En très résumé, la connexion à la terre a des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes, elle aide à équilibrer le système nerveux, le système endocrinien, le système immunitaire.
Pour trouver une liste complète des publications scientifiques sur la connexion à la terre, voir le site du Earthing Institute.
Voir aussi mes autres articles sur la connexion à la terre (chaussures qui permettent la connexion à la terre ; Nerf vague, autisme et connexion à la terre…).
Il existe quelques livres sur le sujet, comme Connectez-vous à la terre (par  Ober, Sinatra & Zucker) ou La mission sacrée (par Matteo Tavera, pdf gratuit).
Il existe aussi quelques vidéos sur le sujet sur internet, comme le documentaire « The grounded », ou encore « Down to Earth », petite vidéo sous-titrée en français de 15 minutes, à regarder et à partager à volonté:


1° Les précautions d’usage :
– Éloignement des sources de pollutions électromagnétiques:
Sur le net, l’entreprise Géotellurique, qui vend des outils de connexion à la terre, a fait un travail correct de mise en garde sur son site, sur les pages consacrées à la mise à la terre:
« Pour bénéficier au maximum de la connexion à la terre du corps, il est indispensable de réduire l’intensité des champs électriques environnants autant que possible. Lorsque l’environnement autour du lit est neutre, l’effet de la mise à la terre est encore meilleur et permet bien souvent de retrouver la qualité d’un sommeil réparateur. » – Géotellurique , extrait de la page consacrée au drap de connexion Yshield.

Sur youtube, on trouve quelques vidéos qui illustrent les dangers de la connexion à la terre en intérieur via des outils de connexion (draps, tapis…).
Dans la vidéo suivante, on voit par exemple que le corps « capte » mieux les pollutions électriques ambiantes quand il est à la terre que lorsqu’il en est isolé (sur des chaussures en synthétique):

L’électricité ambiante, autour de nous, cherche toujours un chemin de retour à la terre.
Que ce soit les arbres, l’herbe,  une vache, un paratonnerre ou notre corps, à partir du moment où un matériaux/corps conducteur est « à la terre », il devient un « capteur » de champs électriques, que ces champs électriques soient de basse fréquence (générés par n’importe quelle installation électrique) ou de haute fréquence (radio, technologie sans fil…).
La seule façon vraiment efficace de se protéger des pollutions électromagnétiques est soit d’éteindre les sources de ces pollutions, soit de s’en éloigner!

Il convient donc de s’éloigner autant que possible de toute source de pollution électrique lorsqu’on se met à la terre en intérieur, surtout la nuit (on verra pourquoi plus loin).
L’idéal est de disjoncter l’électricité la nuit, ou d’avoir fait installer des interrupteurs automatiques de champs qui coupent l’électricité automatiquement lorsque les appareils électriques branchés sur prise sont éteints.
Il convient aussi d’éteindre tout ce qui est technologie sans fil, d’éloigner tous les appareils électriques du lit.
Et s’il est impossible de disjoncter l’électricité, que l’installation d’interrupteurs automatiques de champs n’est pas envisageable, alors au minimum il convient d’éloigner le lit des prises et des câbles dans les murs, autant que possible.

– Qualité de la prise de terre:
Dans la vidéo suivante, on voit qu’une « terre », que ce soit un piquet de terre planté dans le jardin ou la terre de l’installation électrique d’une maison, peut être polluée par des pollutions électriques (courants vagabonds dans le sol, faux contacts dans l’installation électrique du logement…):

Brancher un système de connexion à la terre sur la prise de terre d’une maison est donc hasardeux. Même si elle est de bonne qualité (d’une résistivité d’environ 5-10 Ohms), elle peut « capter » des pollutions électriques diverses qui ne seront pas détectées par un testeur de prise de terre premier prix.
Brancher le système de connexion à un piquet de terre dans le jardin, loin des lignes électriques enterrées et de toute autre source de pollution électrique, me semble une meilleure option, même si cela a aussi des inconvénients potentiels (le câble qui relie le système de connexion au piquet peut faire « antenne » et capter des hautes fréquences, il peut exister des pollutions d’ordre géobiologique dans le sol, etc…).

Deux vidéos en français:

Conseil sur la mise à la terre à partir de la minute 19’35:

L’EMF Minimalist a aussi une bonne vidéo sur le sujet:


2° Mise à la terre inappropriée, les conséquences pour le corps

– Les effets des champs électromagnétiques sur le corps:
Jusque là, il semble que les études cliniques qui ont étudié la connexion à la terre aient toutes démontré des effets bénéfiques de la connexion à la terre, même dans des environnements relativement pollués sur le plan électrique.
Pourtant, des électrohypersensibles affirment qu’ils peuvent en percevoir des effets adverses.
On peut comparer les effets néfastes des pollutions électriques qui nous environnent à une sorte d’électrocution quasi imperceptible, très lente, à très faible voltage. Cela peut se traduire par des symptômes variés, d’intensité toute aussi variée: tachycardie, sommeil perturbé, maux de tête, picotements dans le dos, troubles de la mémoire, neuropathies, infertilité…
On pourrait comparer cela au phénomène de l’inflammation « de bas grade », une inflammation chronique sans les symptômes classiques de l’inflammation, c’est à dire sans rougeur ni œdème ni douleur. L’inflammation est là, elle passe inaperçu et pourtant elle nous affecte, par exemple en générant des problèmes d’assimilation au niveau intestinal ou en générant un état plus ou moins dépressif au niveau neuropsychologique.

En résumé, les champs électromagnétiques entraînent une augmentation du stress oxydatif et de la perméabilité de la barrière hématoencéphalique (ils facilitent le passage de toxines dans le cerveau), ils ont des effets cancérigènes, génotoxiques, ils peuvent diminuer la production de mélatonine (un puissant antioxydant qui, entre autre, régule le sommeil), perturber la réparation et la transcription des gênes (effets épigénétiques), la fertilité, etc, etc…
Pour ceux qui souhaiteraient se renseigner en détail sur les effets néfastes des champs électromagnétiques sur la santé, je leur propose de parcourir le rapport Bioinitiative 2012  ou au minimum ses conclusions en français.
Le site EHS-MCS.org est aussi une bonne source d’information en français, comme le site de l’association Robin Des Toits.

Les expositions chroniques ou prolongées aux champs électromagnétiques « interfèrent avec les processus normaux de l’organisme (homéostasie perturbée), empêchent l’organisme de procéder à la réparation des dommages causés à l’ADN, produisent des déséquilibres dans l’appareil immunitaire, des perturbations métaboliques et affaiblissent les capacités de résistance à la maladie. Les processus essentiels de l’organisme peuvent éventuellement être altérés par d’incessants stress externes (venant de l’interférence avec le système électrophysiologique) et mener à des troubles envahissants des fonctions métaboliques et reproductives. » (extrait des conclusions du rapport Bioinitiative 2012).

Bref, les pollutions électriques sont un stress environnemental, peut-être d’autant plus lorsqu’on est à la terre et que les champs électriques qui nous entourent passent par notre corps pour retourner à la terre. Le stress induit est d’autant plus impactant lorsque le corps est sensé être au repos, surtout la nuit.

– Un peu d’anatomie, sympathique-parasympathique:
Notre système nerveux est divisé en plusieurs « branches »:

SN-divisons.gif

Comme le montre ce petit schéma, le système nerveux autonome (Autonomic nervous system), celui qui gère toutes les fonctions autonomes du corps, comme la respiration, le rythme cardiaque, la digestion, le péristaltisme (le transit intestinal)…,  est divisé en plusieurs branches: le système nerveux sympathique, le système nerveux parasympathique et le système nerveux entérique (le « cerveau » du ventre).
Le système nerveux sympathique gère les situations de stress du quotidien: un chien qui vous attaque, votre voisin qui fait du bruit, un problème d’argent, une dispute, un allergène qui passe, etc…, c’est ce système surnommé système « lutte ou fuite » qui gère et fait en sorte qu’on puisse faire face aux challenges, entre autre en stimulant le fonctionnement des glandes surrénales, les glandes gestionnaires du stress, qui sécrètent du cortisol, de la noradrénaline, de l’adrénaline…, pour qu’on soit « au taquet » à tout moment.
Et puis il y a le système nerveux parasympathique, le système « repos et digestion ». En fin de journée, en temps normal, quand tout va bien, le système nerveux sympathique se met progressivement en sourdine, la sécrétion de cortisol et d’adrénaline diminue, et c’est progressivement le système nerveux parasympathique qui va prendre le dessus et favoriser le repos, la digestion, la régénération, l’élimination des déchets et des toxines pendant la nuit. Zen, tranquille.

Le sympathique, c’est l’accélérateur, le parasympathique c’est le frein.
Certains appellent aussi le sympathique notre « guerrier » et le parasympathique notre « guérisseur ». Plus le guerrier est actif, moins le guérisseur peut intervenir.
Le « guerrier » protège le corps de toutes les formes de stress, même de celles que nous ne percevons pas, de celles qui nous affectent sans que nous en ayons conscience, et le guérisseur permet au corps de récupérer ses forces après le combat, de se régénérer, de panser ses plaies. Si le combat est incessant, que les facteurs de stress ne cessent de nous assaillir même la nuit, le guérisseur n’aura jamais l’opportunité de prendre pleinement le dessus sur le guerrier. Le guerrier sera toujours plus ou moins actif, jusqu’au jour où il s’écroulera d’épuisement. Et là, plus rien ne protégera le corps, il sera entièrement vulnérable, un peu comme une petite fleur au milieu d’un champ de bataille.
Sur le plan électromagnétique, on pourrait postuler que le système nerveux sympathique dirige notre énergie vers l’extérieur du corps: il génère et maintient une tension électrique et un champ électromagnétique suffisants pour résister à ceux de l’environnement, pour y faire opposition, ce serait lui notre « bouclier », alors que le système parasympathique dirige notre énergie vers l’intérieur du corps, pour œuvrer en profondeur (digérer, réparer, régénérer), ce qui nous rend alors plus vulnérable à notre environnement… Mais il s’agit là d’un simple postulat, peut-être à mettre en lien avec ce que l’Ayurveda et la Médecine Traditionnelle Chinoise nous disent de la circulation de l’énergie dans le corps… Ces médecines traditionnelles pourraient aussi avoir mis au point des techniques permettant d’équilibrer, de renforcer et d’activer le « guérisseur » et le « guerrier » à volonté (arts martiaux, yoga, méditation, massages…)… Mais je ne m’aventurerai pas plus loin pour l’heure!

Si le corps est confronté à un stress permanent pendant la nuit, même à un niveau très faible que nous ne percevons pas, ce stress va forcer le système nerveux sympathique à rester en éveil et le système parasympathique échouera à faire correctement son travail de nettoyage, de détox, de régénération.
Si l’on passe notre temps à appuyer sur l’accélérateur, on finit au mieux en panne d’essence, au pire dans un mur, et c’est le burn-out (ou la « dépression », si nous n’avons pas au minimum le statut de cadre supérieur et 3000 euros de revenu/mois).
Exposé à un stress chronique, permanent, même un stress que nous ne sentons pas, concrètement, on dormira mal, on se réveillera avec la tête dans le pâté! On sera littéralement « encrassé » parce que le corps aura été empêché de faire toutes ses opérations de « nettoyage » nocturne.
Et comme on habite en France, fief de la psychanalyse, on se posera des questions sur ce qui peut bien nous maintenir éveillé la nuit, on cogitera, on ira voir un psy (ou bien notre médecin ou notre famille ou nos amis nous diront d’aller en consulter un), alors qu’une bonne part de la solution serait d’assainir notre environnement électromagnétique, de supprimer tous les appareils électriques de la chambre, de faire installer des interrupteurs automatiques de champs, de s’éloigner des antennes relais, d’éteindre le smartphone, le wifi, la tablette…, de remplacer le téléphone sans fil par un filaire, de dormir dans une literie en laine et/ou coton qui ne génère pas ou peu d’électricité statique, de virer le plancher flottant ou la moquette ou le jonc de mer posé  sur caoutchouc, de faire enlever nos amalgames dentaires et/ou notre stérilet qui font « antenne », etc, etc…

Lorsqu’on est à la terre, et surtout au repos, plus ou moins en mode « parasympathique » (à la sieste, en weekend à la maison, pendant une méditation, la nuit…), on est susceptible de capter encore mieux les pollutions électriques qui nous environnent, ce qui signifie qu’elles sont susceptible de nous affecter encore plus, de « réveiller » notre système nerveux sympathique, de perturber d’avantage notre sommeil et toute notre physiologie, bref de nous stresser et de nous fatiguer d’avantage.
Les personnes qui ont encore une bonne capacité d’adaptation au stress pourront ne pas sentir ce stress, leur corps l’amortira, fera ce qu’il faut pour le compenser, ce qui nécessitera de l’énergie, ce qui générera quand même de la fatigue, de l’usure et de l’encrassement prématuré sur le long terme.
Et les personnes qui ont plus ou moins usé leur système nerveux sympathique, leurs glandes surrénales et leurs capacités de résistance et d’adaptation aux stress en tous genres, y compris au stress électromagnétique, elles, les électrohypersensibles, sentiront franchement ces champs  électriques passer.

3° La mise à la terre, en pratique:


Ma literie depuis octobre 2017: deux nattes en laine, des peaux de mouton, un tapis de connexion, un vieux dalflex.
Un vieux matelas de tapissier en laine ou un futon en coton ferait aussi bien l’affaire! On pourrait même ajouter un sommier en bois, à condition qu’il soit bien dépourvu de métal (autant que possible!). J’ai préféré opter pour des options nomades et modulables en fonction de la température du sol.

– Connexion avec un tapis de connexion à la terre:
J’ai la chance d’habiter en maison individuelle, à la campagne et les voisins les plus proches sont à 30-40 mètres, l’antenne relais la plus proche à un peu moins de 3km.
J’aurais tendance à déconseiller la mise à la terre avec des accessoires de mise à la terre, en appartement, en ville, où les sources de pollutions électriques hautes et basses fréquences sont nombreuses et difficiles à maîtriser, où les prises de terre peuvent être très facilement polluées, etc…
Chez moi, je me mets à la terre avec un petit tapis de connexion universel (acheté sur le site Navoti, on en trouve aussi sur Geotellurique), dans un coin de la maison dépourvu de câbles électriques dans les murs. Il n’y a aucun appareil électrique dans la chambre et je disjoncte même les circuits des prises électriques de la chambre durant la nuit, ce qui réduit nettement la pollution électrique dans la pièce. La nuit, je disjoncterais volontiers l’électricité au compteur général dans toute la maison, mais je ne vis pas seule et cela nécessite de faire quelques concessions!
Ma tension induite à l’endroit où je dors est d’environ 110mV (cela se mesure avec un multimètre/testeur de tension induite). Ce n’est pas parfait, mais cela permet de me mettre à la terre dans des conditions correctes, qui suffisent à améliorer grandement mon sommeil.
Le tapis de connexion est relié par un câble à un piquet de terre planté dans le jardin, le câble pend sous ma fenêtre et puisqu’il est en métal, il peut lui-même faire « antenne » (même s’il est gaîné de plastique) et il peut capter les champs électriques haute-fréquence émis par les antennes relais du secteur et surtout par les voisins (smartphones, wifi, portails électriques télécommandé…). Là encore, ce n’est pas parfait, il faudrait que le câble soit blindé pour l’empêcher de capter ces pollutions, mais autant que je puisse en juger je ne les perçois pas et même si elles m’affectent à un niveau sub-perceptif, encore une fois mon sommeil est meilleur avec cette installation, donc je garde les choses comme ça pour le moment!
Je précise aussi que je dors sur un sol qui permet lui-même une mise à la terre partielle (dalle béton et dalfex des années 1970), sur une literie 100% naturelle (laine et coton).
J’ai déjà eu l’occasion de constater qu’une literie en synthétique et/ou un sol qui empêche toute mise à la terre (synthétique ou bois) ont un impact plutôt négatif sur mon sommeil, impact que la mise à la terre peine à compenser.
Les propriétés électromagnétiques (« énergétiques ») des matériaux de construction, de notre literie, de nos vêtements…, jouent aussi beaucoup sur notre bon équilibre électromagnétique, que nous le percevions ou pas!

– Au naturel:
Que ce soit dans la maison ou dans le jardin, je suis souvent pieds nus ou en chaussettes, quand la température le permet.
Beaucoup d’électrohypersensibles pensent que cela permet seulement de se « décharger » de notre tension induite, de notre électricité statique, mais pas seulement! Cela permet aussi de se « recharger ». Le corps humain fonctionne vraiment mieux à la terre, d’autant plus si la mise à la terre est naturelle: comme pieds nus dans l’herbe. Pour s’en faire une idée, on peut faire une séance de yoga ou autre gymnastique sur tapis synthétique chez soi puis une séance pieds nus sur serviette en coton sur l’herbe, et comparer! Nous avons besoin d’être au contact avec les champs électromagnétiques naturels et avec les courants électriques telluriques naturels (si si, ça existe, c’est ce que nous apprend la géophysique!). Nous avons évolué à leur contact pendant des centaines de milliers d’années et cela nous a « calibré » pour fonctionner au mieux avec eux.
Si je ne peux pas être pieds nus, alors je porte des chaussures à semelles plein cuir (Tropeziennes de Mr Belarbi ou Made In Romans ou santiags Mexicana d’occasion), qui permettent une mise à la terre naturelle.
Je prends donc le risque d’être une prise de terre ambulante dans les environnements parfois plus ou moins chargés de champs électriques (l’intérieur de la maison, à proximité des lignes électriques…), mais uniquement en journée, quand je suis active.
Je me sens malgré tout mille fois mieux comme ça qu’avec des chaussures à semelles en plastique/synthétique/caoutchouc, donc tant que je me sens mieux, je continue comme ça.
Et en règle générale, je passe le moins de temps possible dans des endroits très pollués, autrement dit je me protège beaucoup et je vais rarement en ville!
Mais en ville, d’ailleurs, le sol est souvent un isolant électrique (asphalte et autres revêtements de sol synthétiques), donc même avec des chaussures plein cuir, nous pouvons rarement y être à la terre…
En ville, l’idéal est de trouver un grand parc arboré où se mettre à la terre au naturel, ou bien de vieilles églises dont le sol n’a pas été remanié depuis longtemps: certains vieux dallages permettent de se mettre à la terre au naturel, protégé des pollutions électriques extérieures par les vieux murs en pierre.

Conclusion:

Les dangers de la mise à la terre seront toujours à relativiser par rapport à ses bienfaits.
S’il y a danger à se mettre à la terre, c’est essentiellement en présence de champs électromagnétiques artificiels et ce sont ces champs électromagnétiques qui sont le danger réel, pas la mise à la terre en elle-même.
Alors on se détend, on respire, on se met au vert et on essaye!
🙂

Connexion à la terre au naturel, avec des Tropeziennes (de Mr Belarbi).

Bonnes expérimentations et bonne connexion à la terre à vous !

 

Publicités

2 réflexions sur “Les dangers de la connexion à la terre

  1. Une simple mise à la terre de la lampe permet de réglé le problème. Il en va de même pour tous les appareils générateurs de champs électromagnétiques.

    J'aime

    1. Tout le monde n’a pas forcément les moyens de faire intervenir un électricien de façon à ce que tout soit raccordé à la terre (mon installation est vétuste et c’est le cas de beaucoup d’installations en France). Et même à la terre, un câble sous tension continue à émettre un champ électrique. Il n’y a que les câbles blindés qui n’émettent plus (ou quasi plus) de champ électrique. Ou bien les installations équipées d’interrupteurs automatiques de champ.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s