Electroculture, l’importance des champs élctromagnétiques naturels

Quand on se documente sur l’électrohypersensibilité et l’hygiène électromagnétique, on découvre plein de choses fascinantes… Ici, je vous propose en vidéos un petit aperçu de l’électroculture, un pan méconnu de l’agriculture et de la permaculture : l’influence des champs électromagnétiques naturels sur les végétaux et comment capter ou amplifier ces champs électromagnétiques pour maximiser la croissance et la productivité de ces végétaux.

Dans la vidéo suivante, il est question entre autre de Matteo Tavera, un des pionniers de la « bio » (agriculture écologique) en France, co-fondateur du label Nature & Progrès dans les années 1960.
On peut trouver son livre « Mission sacrée » en pdf sur le net ICI !

Avec un meilleur son, Maxence Layet, journaliste scientifique, présente le sujet:

Ce que j’en retiens: les champs électromagnétiques naturels, ceux de la Terre et du cosmos, sont essentiels à la bonne santé des êtres vivants.
C’est ce que répètent volontiers certains spécialistes de la géobiologie sur les groupes de discussion consacrés à l’élctrohypersensibilité: ces personnes mettent en garde contre l’utilisation des « baldaquins » et autres système de blindage qui, certes protègent des pollutions électromagnétiques artificielles, mais nous coupent des champs électromagnétiques naturels.
Vivre isolé de ces champs électromagnétiques naturels, dans des logements modernes, qui ont tendance à faire office de cage de Faraday, hors sol, aura tendance à avoir un effet délétère sur la santé, d’autant plus lorsque, par ailleurs, on s’expose lourdement à des champs électromagnétiques artificiels (technologie sans fil, électricité…).

C’est ce qu’explique aussi Eric Petiot, dans son livre « L’agriculture énergétique ».


Extrait du livre d’Eric Petiot, « L’agriculture énergétique ».

Pour finir, un extrait d’interview du Dr Klinghardt (sous-titré en français), sur l’effet des champs électromagnétiques artificiels sur les bactéries et les levures (candida albicans, etc…). Les micro-organismes aussi sont électrosensibles et ceux qui sont potentiellement pathogènes peuvent devenir plus virulents lorsqu’ils sont exposés à un « stress » électromagnétique. Ainsi, lorsqu’on souffre de la maladie de Lyme ou d’une dysbiose (candidose, etc…), prendre des antibiotiques, des anti-infectieux, des anti-fongiques, etc… peut être indispensable, mais si par ailleurs l’on s’expose constamment à des pollutions électromagnétiques, cela contribuera malgré tout à « stimuler » l’infection ou la dysbiose.

 

 

Pour une bonne hygiène électromagnétique, protégez-vous autant que possible des pollutions électromagnétiques à l’intérieur de votre logement (voir un bon nombre de conseils dans cet article du magazine La Maison du 21ème siècle) et passez du temps en pleine nature, smartphone éteint, loin des lignes à haute tension et des antennes relais de téléphonie mobile!… De préférence pieds nus ou avec des chaussures à semelles plein cuir (voir mon article sur le sujet des chaussures), de façon à pratiquer la connexion à la terre!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s